9 et 10 juin 2018

24 h avec… Michel-Ange

Pour bien connaître quelqu’un, il faut passer du temps en sa compagnie

 

24 h avec… Michel-Ange
Pour bien connaître quelqu’un, il faut passer du temps en sa compagnie

Sculpteur, peintre, architecte, ingénieur, poète… Michelangelo Buonarroti, plus connu sous le nom de Michel-Ange, fut tout cela à la fois. Durant les quatre-vingt-neuf ans que dura sa vie, il ne cessa de se confronter à l’art, sous ses différentes formes. Artiste complet et complexe aux talents multiples, il continue de fasciner, encore aujourd’hui. Après Léonard de Vinci, Champollion et Napoléon, l’auditorium du Louvre convie le public à passer « 24 H avec… Michel-Ange ». Pendant tout un week-end, conférences, lectures, spectacles et projections invitent à la découverte des multiples facettes de cet artiste mythique.
Les moulages sur la scène de l’auditorium ont été généreusement prêtés par les Beaux-arts de Paris et les Ateliers d’art de la Réunion des musées nationaux.
Partenariat presse : Figaro Hors-Série

SAMEDI 9 JUIN

11 H › 11 H 45
DE LA JEUNESSE À LA MATURITÉ, LA NAISSANCE D’UN GÉNIE
Conférence de Marc Bormand, musée du Louvre

Comment Michel-Ange est-il devenu Michel-Ange, créateur à l’âge de 29 ans de la monumentale statue de David qui le distingue comme l’un des plus grands créateurs de tous les temps ? Né en 1475, l’artiste reçoit à Florence une formation de peintre et de sculpteur d’abord auprès de Domenico Ghirlandaio, puis dans les « Jardins de San Marco », sorte d’académie artistique dirigée par le sculpteur Bertoldo di Giovanni, placée sous le patronage de Laurent le Magnifique. Sa maîtrise exceptionnelle du travail du marbre apparait dès la Bataille de centaures, grand haut-relief, et trouve un premier aboutissement dans la célèbre Pietà (1498-1499) comme dans le Bacchus (1496-1497). Ces deux oeuvres montrent déjà comment l’artiste place le rendu du corps humain au centre de ses recherches, aboutissant au gigantesque David de 1501-1504 du Palais de la seigneurie, à la fois incarnation de la Florence républicaine et démonstration de l’immense talent du sculpteur. La voie est désormais ouverte aux créations majeures que sont le plafond de la chapelle Sixtine ou les statues du Tombeau de Jules II.

12 H 15 › 13 H
ÉLÉGIE A MICHEL ANGE
Lecture-projection autour du livre de Sandrine Willems, écrivaine, et Marie-Françoise Plissart, photographe,suivie d’une discussion animée par Jan Baetens, poète et critique littéraire.

Entre mythe et réalité, récit et méditation, une vie de Michel-Ange, racontée par son dernier amant et ponctuée de regards sur ses sculptures et les carrières d’où elles proviennent.
« D’avoir tellement sculpté, moi j’ai les mains trouées, mais peut-on prier les mains pleines ? Bien sûr mes chants ne furent que de pierre, mais si l’un d’eux a jamais pu Vous plaire, Mon Dieu, je n’aurai pas vécu complètement en vain. »

15 H › 15 H 45
L’EXIL DES CAPTIFS
Conférence d’Antonio Forcellino, architecte et restaurateur

En juillet 1542, et après quarante années de vicissitudes, Michel-Ange est sur le point de terminer le tombeau du pape Jules II dans la basilique de Saint-Pierre à Rome. Il décide alors brusquement que les deux Captifs qui devaient décorer l’ordre inférieur n’y ont plus leur place. Dès lors, le monument change complètement de signification iconographique et théologique pour exprimer la dévotion personnelle de Michel-Ange, qui s’est rapproché du cercle des Spiritualistes, un courant que le pape Paul IV déclarera bientôt hérétique. Le maître d’oeuvre de la restauration récente du tombeau de Jules II revient sur cet épisode tourmenté de la vie de l’artiste et sur les tribulations des deux Captifs qui, parvenus en France, sont maintenant exposés au Louvre.

16 H 15 › 17 H
DU PLÂTRE ET DE LA POÉSIE. LES MOULAGES D’APRÈS MICHEL-ANGE.
Conférence d’Emmanuel Schwartz, École nationale supérieure des beaux-arts, Paris

Pour honorer Michel-Ange, ses admirateurs moulèrent ses chefsd’oeuvre de marbre dans le plâtre, matière friable et opaque. Un temple fut même offert à Paris à ces moulages. Inconnu du grand public, il se trouve depuis 1830 dans une chapelle au sein de l’École des beaux-arts, face au Louvre. Peu étudiés des professeurs ou des élèves des beaux-arts, les moulages inspirèrent à Stendhal, Michelet et Alexandre Dumas des pages romanesques, républicaines et blasphématoires. Théophile Gautier et Baudelaire à leur tour firent chanter dans leurs vers ces figures tragiques et leur poésie transmit à Rodin le symbolisme de Michel-Ange.

18 H 30 › 20 H
MICHEL-ANGE – IL CAPO
Rencontre entre un spectacle théâtral et un film d’artiste
Durée : 1h

Michel-Ange
Spectacle écrit, mis en scène et interprété par Hervé Briaux, créé en 2013 à la MC93 de Bobigny
Scénographie de Chantal de La Coste

Une oeuvre de Michel-Ange, oubliée dans les caves du Vatican,prend la parole pour révéler les derniers jours d’un génie paradoxal. Qui de mieux placé qu’elle pour dire le quotidien d’un homme de génie qu’elle a vu travailler sans relâche, obnubilé par la réalisation de ses différents travaux ? La vie intime d’un artiste explique-t-elle le mystère de la création ? Certainement pas ou de façon trop parcellaire. L’oeuvre échappe à son créateur. Le mystère demeure.

Il Capo
Film de Yuri Ancarani, It., 2010, 15 min, 35 mm

Une merveilleuse langue des signes s’est créée entre l’homme et la machine dans les carrières de marbre de Carrare, situées en Italie, au nord-ouest de la Toscane. Dans un paysage irréel aux allures de science-fiction, un homme dirige un bras mécanique vers le
marbre qui est sur le point de se désintégrer en plusieurs blocs. La caméra est placée de façon à ce que les mâchoires du bras semblent plus grosses que les rochers à l’arrière-plan. Finalement, ces-derniers reprennent le contrôle, emplissant totalement l’écran. Et cette fois, l’homme n’est plus là.
Le monologue d’Hervé Briaux interagira avec les images du film de Yuri Ancarani.

DIMANCHE 10 JUIN

11 H › 11 H 45
CARRARE ET LE MARBRE DE MICHEL-ANGE
Interview du maître marbrier Alvise Lazzareschi par Geoffroy Caillet, journaliste, Figaro Histoire

Dans le paysage âpre et spectaculaire des Alpes apuanes, où affleure le souvenir de Dante et de Michel-Ange, l’extraction du marbre de Carrare se poursuit sans interruption depuis l’époque romaine. Alvise Lazzareschi, fils et petit-fils de carrier, entrepreneur de marbre depuis trente-cinq ans, est l’auteur d’un roman, La casa del colonnello (Rizzoli, 2016), plein de poésie et d’anecdotes, mémoire de sa vie passée au milieu des montagnes blanches de Carrare.

12 H 15› 13 H
LA FLORENCE DES MÉDICIS, MICHEL-ANGE DANS LA TOURMENTE
Conférence à deux voix de Benoît Schmitz, École normale supérieure et Michel de Jaeghere, journaliste, Figaro Hors-Série

L’histoire de la Florence de la Renaissance n’est pas seulement celle d’une exceptionnelle efflorescence artistique. Elle est aussi celle d’années d’instabilité politique et de guerres civiles et étrangères, marquées par les soulèvements, les assassinats, les exécutions, les vengeances. En 1529, Michel-Ange est ainsi forcé de se cacher dans une cave de la basilique de San Lorenzo. Pendant près de trois mois, il y occupe ses journées en dessinant sur les murs. Ces dessins au fusain, retrouvés près de cinq siècles plus tard, suscitent de nombreux débats.

15 H › 15 H 45
MICHEL-ANGE POÈTE : PASSIONS
Lecture à deux voix franco-italiennes, par Sandro Lombardi et Elena Ghiaurov, comédiens. Choix des textes : Federico Tiezzi et Sandro Lombardi.

Des extraits des poèmes et de la correspondance de Michel-Ange, lus par deux grands interprètes, rendront sensible la puissance charnelle de son écriture, utilisée comme moyen d’expression des passions, qu’elles soient artistiques, érotiques ou spirituelles. Là où brûle la fureur de l’âme tourmentée du grand artiste, la poésie était pour lui une forme d’apaisement. Composées sans aucun plan prédéterminé, les Rimes de Michel-Ange apparaissent comme un journal intime, où l’auteur livre ses sentiments les plus profonds.

16 H 15 › 17 H
PEUT-ON RIRE AVEC MICHEL-ANGE ?
Conférence par Vincent Pomarède, musée du Louvre

Lorsque l’on se confronte à l’immense figure de Michel-Ange, l’un des principaux acteurs du Temps des génies, l’un des plus intrigants et créatifs artistes de la Renaissance italienne, on est écrasé par la puissance de ses oeuvres, par la monumentalité de ses sculptures et la grandeur de ses réalisations picturales – David ou la Chapelle Sixtine, bien sûr. Sa personnalité aussi impressionne, entre misanthropie et passion, mélancolie et orgueil, inventivité grandiose et brutalité douloureuse. Alors, face à un tel homme et à une telle oeuvre, peut-on encore oser se moquer, caricaturer ou plaisanter ? Peut-on rire avec Michel-Ange?

18 H › 20 H 30
L’EXTASE ET L’AGONIE (THE AGONY AND THE ECSTASY)
Film de Carol Reed, É.-U., 1965, 139 min, vostf

Rome, début du 16e siècle. Rendu célèbre par les sculptures qu’il a réalisées à Florence, Michel-Ange est chargé par le pape Jules II de peindre des fresques dans la chapelle Sixtine. Naît alors entre les deux hommes une relation unique, étroite et orageuse, qui mène Michel-Ange jusqu’à « l’extase et l’agonie » de la création.
Charlton Heston est Michel-Ange et Rex Harrison Jules II, dans cette mémorable adaptation hollywoodienne – par le réalisateur du Troisième Homme – du roman d’Irving Stone paru en France sous le titre de La Vie ardente de Michel-Ange, puissant et solitaire.

 

AUDITORIUM du LOUVRE

INFORMATIONS PRATIQUES

Séance : 4 € / Gratuit pour les Amis du Louvre Jeune et les étudiants en art, histoire de l’art
Abonnement : à partir de 5 séances achetées, accès gratuit au musée le jour même
Réservations : sur place, au 01 40 20 55 00 ou sur fnac.com
www.louvre.fr
#24HavecMichelAnge