28 janvier 2019

Lancement du projet de transformation du musée égyptien du Caire, financé avec le concours de l’Union européenne

 

Lancement du projet de transformation du musée égyptien du Caire, financé avec le concours de l’Union européenne

Ce projet sur trois ans mettra l’excellence européenne dans la gestion des musées et des collections au service de la renaissance du musée égyptien du Caire.

L’Union européenne lance le projet Transformer le musée égyptien du Caire, fruit d’une collaboration inédite entre le musée égyptien du Caire et le ministère des Antiquités (Égypte) mais aussi d’une mise en commun des savoir-faire européens en matière de muséographie, d’égyptologie, d’archéologie, d’archéométrie et de gestion du patrimoine culturel. Les partenaires agiront de concert pour incarner les ambitions de l’Union européenne et mutualiseront leur expertise afin de contribuer à la réalisation d’un même objectif fédérateur et mobilisateur. En œuvrant pour la promotion de la culture, la préservation du patrimoine culturel ainsi que pour l’approfondissement des relations intellectuelles et culturelles et de la coopération internationale, cette initiative permettra de faire émerger une véritable communauté et de donner toute sa place à la société civile. 

Sur une période de 36 mois, le musée égyptien du Caire sera assisté dans l’aménagement d’importants espaces d’exposition et l’élaboration d’un schéma directeur détaillant sa vision stratégique pour l’avenir par un consortium d’institutions européennes : le musée égyptologique de Turin, le musée du Louvre, le British Museum, le musée égyptien de Berlin, le musée national des antiquités de Leyde, l’Office fédéral allemand du génie civil et de l’aménagement du territoire (BBR), l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO) et l’Institut central italien pour l’archéologie (ICA). Chaque acteur partagera son expérience et son savoir-faire propres avec le musée pour lui faire bénéficier des meilleures pratiques dans tous les domaines de la muséographie. Des conseils lui seront également prodigués sur les nouvelles approches en matière de présentation des collections. Le projet permettra ainsi au musée de poser les bases d’une candidature à une inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO. 

Les efforts seront axés sur la rénovation des galeries de l’entrée au rez-de-chaussée, la rédaction du schéma directeur du musée et le renouvellement de la présentation des trésors des tombes royales de Tanis.

Ce projet sur trois ans est la première phase d’un chantier de plus grande envergure impliquant une profonde modernisation du musée égyptien ; un chantier ayant pour objectif principal d’accompagner les partenaires égyptiens dans la construction d’une vision stratégique pour le musée en matière de gestion et de conservation des collections, de médiation des publics, de programmation culturelle, de communication, de développement des ressources et de gestion des infrastructures. La définition de cette stratégie permettra d’améliorer l’expérience visiteur, d’attirer davantage de visiteurs nationaux et internationaux et d’accroître l’empreinte économique du musée. La mise en place de programmes de création de ressources par le ministère des Antiquités sera également source d’avantages sur le plan économique.

La montée en puissance des capacités managériales et techniques du musée égyptien du Caire fait partie des résultats attendus du chantier, qui aura également un impact durable en dehors du musée égyptien : nouvellement formé, le personnel du ministère des Antiquités sera en effet à même de mener d’autres projets qui, à terme, métamorphoseront l’ensemble du paysage muséal égyptien.

L’Union européenne finance le projet à hauteur de 3,1 millions d’euros.