11 avril—23 juillet 2018

Une lutte moderne

De Delacroix à nos jours

au musée national Eugène-Delacroix

 

Une lutte moderne
De Delacroix à nos jours

Le musée national Eugène-Delacroix propose la première exposition dédiée aux peintures de la Chapelle des Saints-Anges à Saint-Sulpice – La Lutte de Jacob avec l’ange, Héliodore chassé du temple, Saint Michel terrassant le démon -, depuis leur achèvement en 1861. Portée par les recherches accomplies lors de leur récente restauration, conduite par la Ville de Paris, cette exposition offrira de rassembler, grâce à des prêts exceptionnels des musées français et étrangers, les sources inédites de Delacroix – Raphaël, Titien, Rubens, Le Lorrain, Solimena -, les références à ses propres œuvres comme les principales études et esquisses qu’il a réalisées pour la conception de ces trois chefs-d’œuvre. Elle réunira également plusieurs des créations que l’œuvre de Delacroix a inspirée aux artistes du 19ème siècle et du 20ème siècle, Gustave Moreau, Odilon Redon, William Strang, Jacques Lipschitz, René Iché, Charles Camoin, Jean Bazaine, Marc Chagall. Chacun d’entre eux s’est nourri de l’art de Delacroix pour concevoir leurs propres visions de la lutte. 

Delacroix avait choisi de dédier ce décor monumental à des épisodes mettant en scène des anges vengeurs, combattants, armés. Cette lutte était aussi une métaphore du combat qu’il menait, de son propre aveu, pour la peinture. Œuvre d’art totale avant la lettre, lutte moderne, la chapelle des Saints-Anges de Delacroix demeure comme un des grands modèles de l’art. 
Eugène Delacroix avait reçu en 1849 la commande des peintures pour la chapelle. Pris par d’autres chantiers, dont la conception nourrit également celle des œuvres de Saint-Sulpice – le plafond de la Galerie d’Apollon, l’ensemble du Salon de la Paix dans l’Hôtel de Ville (détruit en 1871), son exposition personnelle à l’Exposition universelle de 1855 -, il s’y dédia pleinement à partir de 1856. Souhaitant être au plus près ce chantier immense, le peintre s’installa au plus près de l’église, rue de Fürstenberg, dans un espace unique entre cour et jardin, devenu le musée Delacroix. 

Associant l’atelier du peintre et ses œuvres, le musée Delacroix et l’église Saint-Sulpice, l’exposition constitue un événement exceptionnel qui invite les visiteurs à marcher sur les pas de Delacroix. L’expérience au sein de l’exposition, se prolongeant de l’espace de conception aux œuvres finales, sera ainsi inédite, offrant des clés de compréhension renouvelée. 

La peinture me harcèle et me tourmente de mille manières à la vérité, comme la maîtresse la plus exigeante ; depuis quatre mois, je fuis dès le petit jour et je cours à ce travail enchanteur, comme aux pieds de la maîtresse la plus chérie ; ce qui me paraissait de loin facile à surmonter me présente d’horribles et incessantes difficultés. Mais d’où vient que ce combat éternel, au lieu de m’abattre, me relève, au lieu de me décourager, me console et remplit mes moments, quand je l’ai quitté ?“, 
Eugène Delacroix, Journal, 1er janvier 1861

Commissaires de l’exposition : Dominique de Font-Réaulx, directrice du musée national Eugène-Delacroix, et Marie Monfort, conservateur en chef à la DRAC Île-de-France. 
En collaboration avec la Ville de Paris.

 

INFORMATIONS PRATIQUES 
Musée national Eugène-Delacroix 
6, rue de Fürstenberg, 75006 Paris 
de 9 h 30 à 17 h 30, sauf les mardis.

Tarif plein : 7 €. Gratuit les premiers dimanches du mois. 

Nocturne jusqu’à 21h tous les premiers jeudis du mois.
Visite découverte tous les jours à 15h. 

Renseignements, dont gratuité : www.louvre.fr et www.musee-delacroix.fr
tel : 0033 (0)1 44 41 86 50.

#DelacroixUneLutteModerne