Décembre 2019

Acquisition de L’Elève intéressante, de Marguerite Gérard

 

Acquisition de L’Elève intéressante, de Marguerite Gérard

Le musée du Louvre annonce l’acquisition, pour le département des Peintures, de L’Élève intéressante, huile sur toile peinte par Marguerite Gérard (1761-1837) avec la collaboration de Jean-Honoré Fragonard (1732-1806). La composition raffinée et la délicatesse d’exécution de ce tableau en font un chef-d’oeuvre de la peinture française du 18e siècle.
Marguerite Gérard est désormais représentée au Louvre par une oeuvre majeure. Le musée conforte ainsi la présentation dans ses collections de la brillante génération de femmes artistes de la fin du 18e siècle (Adélaïde Labille-Guiard, Anne Vallayer-Coster et Elisabeth Vigée Le Brun).
Cette oeuvre a pu être acquise par exercice du droit de préemption de l’Etat, à l’occasion de la vente de la collection du comte et de la comtesse de Ribes, organisée par Sotheby’s mercredi 11 décembre 2019.

Marguerite Gérard est sans doute l’une des femmes artistes les plus importantes de la fin du 18e siècle qui se fit apprécier comme peintre de scènes de genre et de petits portraits familiers. Elle reçoit sa formation auprès de son beau-frère, le célèbre Jean-Honoré Fragonard, avec qui elle collabore au cours des années 1780 pour exécuter de remarquables scènes de genre, dans le style de la peinture hollandaise du 17e siècle. À partir de la décennie suivante, la jeune femme s’émancipe et acquiert une véritable renommée au point de se voir attribuer une reconnaissance estimable tant auprès de ses pairs que d’une importante clientèle. Marguerite Gérard fait l’objet de l’intérêt renouvelé de la part des historiens et historiennes de l’art depuis une quarantaine d’années.

Ce tableau a été peint vers 1787 lorsque la composition est gravée par Géraud Vidal sous le titre L’Élève intéressante. La gravure attribue l’oeuvre à la seule Marguerite Gérard ; il s’agit de ce fait d’une des premières peintures présentées sous son seul nom, même s’il n’est pas impossible que Fragonard ait peint quelques détails comme le chat et le chien en bas à droite..

L’oeuvre n’en offre pas moins un vibrant hommage à l’art de Fragonard. Le sujet du tableau se nourrit de réflexions relatives à la formation des femmes artistes dans le cadre de ces ateliers familiaux qui furent très courants au 18e siècle. La figure principale étudie attentivement, au sein d’un atelier artistement encombré, une gravure où l’on reconnaît une des plus célèbres compositions de Jean-Honoré Fragonard, La Fontaine d’amour (Los Angeles, The Getty Museum), peinte probablement avant 1785. Au pied de la jeune élève, Marguerite Gérard a placé une sphère métallique dont la surface polie réfléchit très lisiblement l’autre partie de l’atelier. On y distingue une femme assise en train de peindre devant son chevalet alors qu’homme contemple son travail (allusion à Marguerite Gérard peignant avec la complicité de Fragonard ?).
L’Élève intéressante offre une composition raffinée et complexe exécutée avec une maitrise confondante. La délicatesse du traitement des tissus, la souplesse des plis et la brillance du satin de la robe, le rendu des matières, le poli des métaux, le subtil clair-obscur sont exceptionnels. La grande sophistication de cette oeuvre en fait l’une des scènes de genre les plus remarquables de la décennie qui précéda la Révolution.
 


INFORMATIONS PRATIQUES
Horaires
: de 9h à 18h, sauf le mardi.
Nocturne mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.
Tarif d’entrée au musée : 15 €.
Réservation d’un créneau horaire pour un accès en moins de 30min : 17 €.
Achat en ligne : www.ticketlouvre.fr
Renseignements, dont gratuité : www.louvre.fr