16 octobre 2020

Le musée du Louvre a acquis une assiette en émail attribuée à Jean Limosin

 

Le musée du Louvre a acquis une assiette en émail attribuée à Jean Limosin

Le musée du Louvre annonce l’acquisition, pour le département des Objets d’art, d’une assiette émaillée représentant l’Empereur Vitellius équestre, attribuée à Jean Limosin vers 1620, acquise par exercice du droit de préemption de l’Etat, à l’occasion d’une vente à l’hôtel Drouot le 6 octobre dernier. 

Cette assiette en émail peint polychrome et émaux translucides sur paillons avec rehauts d’or représente l’Empereur Vitellius équestre, sur un cheval bleu portant le sceptre d’Imperator. Il s’inscrit sur un fond noir piqué d’or, reposant sur un tertre vert ponctué de feuillages. Le marli porte les inscriptions A. Viteilius. German. Imp. Aug. P. M. Tr. P, l’aile à décor de rinceaux fleuris, quatrefeuilles et visages soulignés de draperie et la bordure est à double filets d’or et émail blanc. Le revers est émaillé bleu, orné de rinceaux dorés entourant, au centre, quatre motifs d’ove dorés et argentés.

Signée I.L en lettre d’or pour Jean Limosin, cette assiette fait partie d’une série inédite de douze représentant les Césars à cheval. Le monogramme I.L est généralement interprété comme la signature de Jean Limosin (1580-1646) ou de son frère Joseph (1595-1636). Mais les affinités stylistiques entre ces œuvres et un plat signé Jean Limosin au Louvre permet de les attribuer à Jean, attesté comme émailleur du roi dans les archives.

Ces assiettes illustrent certaines des nouvelles tendances de l’art de l’émail peint à Limoges au début du 17e siècle, notamment le goût pour un contraste fort entre des figures aux vives polychromies se détachant sur un fond sombre. Leur sujet démontre l’intérêt toujours renouvelé des artistes et de leur clientèle pour le thème des Douze Césars, avec ici l’utilisation d’un modèle graphique mis au goût du jour récemment. Jean Limosin s’est inspiré des gravures de Crispin de Passe l’Ancien d’après Stradanus, publiées à Utrecht avant 1600. 

On ne connaît que trois autres assiettes de la même série, dont deux sont aujourd’hui conservées au musée national de Stockholm et provenant de la collection du roi Charles XV, léguée en 1872. L’acquisition de cette assiette, réalisée avec le soutien de la fondation La Marck, est majeure pour le département des Objets d’art car elle permet de l’enrichir avec une pièce inédite signée d’un artiste de grand talent et dont la production est peu représentée au Louvre.