18 décembre 2020

Le musée du Louvre acquiert les Trois Parques, une terre cuite de Johann Heinrich Dannecker 

 

Le musée du Louvre acquiert les Trois Parques, une terre cuite de Johann Heinrich Dannecker 

Le musée du Louvre annonce l’acquisition, pour le département des Sculptures, des Trois Parques, modèle pour une pendule du sculpteur néo-classique allemand Johann Heinrich Dannecker (Waldenbuch, 15 octobre 1758 – Stuttgart, 8 décembre 1841). Il s’agit d’une délicate terre cuite, allégorie du mythe de Clotho,  Lachesis et Atropos réalisée vers 1794 (H. 54 cm ; L. 36 cm ; Pr. 20 cm) qui a été acquise en vente publique chez Nagel Auktionen, à Stuttgart le 10 décembre 2020.

Cette terre cuite d’un grand raffinement iconographique et stylistique est représentative de l’art consommé du modelage par Dannecker. Elle dérive d’une esquisse réalisée par le sculpteur à son retour de Rome en 1791 sur le sujet des Trois Parques, destinée à servir de modèle pour un projet d’horloge commandée par la duchesse Franziska de Hohenheim. Le sculpteur reprend l’iconographie traditionnelle de ce sujet mythologique. Clotho fait tourner le fil de la vie, Lachesis le tient et Atropos le coupe. Toutefois, Dannecker transforme ces puissantes déesses du destin en muses mélancoliques grâce à un léger lyrisme porté par une fluidité de la matière et une souplesse des chairs. A son retour d’Italie, Dannecker transpose ainsi dans des oeuvres de format modeste une veine néo-classique gracieuse. 
Cette œuvre provient de la collection de l’ébéniste Johannes Klinckerfuss (1770- 1831) qui l’a certainement acquise directement auprès du sculpteur, qui appréciait tout particulièrement ce modèle puisqu’il offrit à son beau-frère en cadeau de mariage la première version, aujourd’hui conservée aux Archives municipales de Stuttgart.

Sculpteur allemand originaire de Stuttgart, Johann Heinrich Dannecker débute son apprentissage avec le sculpteur flamand Pierre Lejeune et le peintre français Nicolas Guibal. Nommé sculpteur de la cour de Wurtemberg, il poursuit ses études en partant pour Paris où il est l’élève du grand modeleur Augustin Pajou de 1783 à 1784, puis pour Rome où il séjourne pendant quatre ans, étudiant la manière antique et découvrant les oeuvres d’Antonio Canova avec lequel il fut en contact. Faisant partie des plus importants sculpteurs des années 1800, Johann Heinrich Dannecker développa son art dans le climat éclairé mais insulaire de la cour de Wurtemberg pour laquelle il travailla presque exclusivement pendant près d’un demi-siècle en tant que sculpteur officiel ainsi que professeur de sculpture. L’originalité de Dannecker s’exprime pleinement à partir des années 1790 dans trois genres majeurs de la statuaire : la sculpture funéraire, le portrait et la grande figure ou sujet. On lui doit notamment la célèbre Ariane sur une panthère, à la composition novatrice (Francfort, Liebighaus).

Cette oeuvre de jeunesse d’un des plus illustres sculpteurs du mouvement néo-classique européen vient enrichir les collections du département des Sculptures où la sphère germanique n’était pas représentée pour cette période. Cette œuvre, à l’historique précis, vient dialoguer non seulement avec la collection de terres cuites nordiques des XVIIe et XVIIIe siècles mais également avec les productions contemporaines françaises, notamment les modèles de Joseph Chinard pour des pendules.